Language switcher

Social Icons

Text Resize

BrowseAloud

Association of Ontario Health Centres
Association des centres de sante de l’Ontario

La voix des organismes de soins de santé primaires gérés par la communauté en Ontario.

Les audiences communautaires de la vérité créent des communautés dynamiques

Deb Nanson stands to speak at the Hamilton Urban Core truth hearings.

La pauvreté est un des facteurs déterminants de la santé les plus critiques, et elle représente l’un des problèmes les plus tenaces auxquels se heurtent les personnes vivant en Ontario. Or à Hamilton, qui connaît l’un des pires taux de pauvreté dans la province, le problème est encore plus grave. Une personne sur cinq vit dans la pauvreté et celles qui habitent dans le noyau urbain vivent en moyenne 21 ans de moins que celles qui vivent à l’extérieur de ses limites. Ce n’est pas étonnant.

Les liens entre les bas revenus et les problèmes de santé sont bien documentés. Plus on se situe au bas de l’échelle des revenus, plus on est susceptible de souffrir de plusieurs maladies chroniques. 

Mais l’emprise de la pauvreté a un autre effet destructeur : elle peut vous rendre invisible pour les décideurs et empêcher ceux qui ont le pouvoir de changer les politiques et les pratiques qui influencent votre vie d’entendre votre voix. Les statistiques montrent que plus on est pauvre, moins on est susceptible de voter. Par ailleurs, les personnes vivant dans la pauvreté se sentent souvent dissociées de leur communauté et n’éprouvent pas de sentiment d’appartenance; le plus souvent, elles sont isolées socialement.

Le Centre de santé communautaire du noyau urbain de Hamilton, situé au cœur du centre-ville de Hamilton, garantit que tous ses services et programmes cultivent le sentiment d’appartenance de la population qu’il sert : les résidents des quartiers défavorisés, en mettant l’accent sur les populations marginalisées et exclues.

« Le CSC du noyau urbain de Hamilton fournit non seulement des soins primaires essentiels et des services importants comme l’accès à des douches, une buanderie, une alimentation saine et des programmes de santé mentale pour les personnes de notre communauté, dit Nhlaloenhle Ndwana ‘Nala’, gestionnaire des soins primaires au CSC. Nous avons aussi des programmes communautaires qui donnent aux gens l’occasion d’échanger et de trouver leur place ». 

Ce sentiment d’appartenance est essentiel pour les gens que dessert le CSC ui, selon le rapport Le rôle du sentiment d’appartenance communautaire sur les besoins non comblés en matière de soins de santé en Ontarioest tout aussi important que l’élaboration de politiques et de programmes de santé. Les familles et les individus qui fréquentent le centre partagent souvent leurs expériences de vie dans la pauvreté : des sentiments d’isolement, d’exclusion et, surtout, de ne pas être entendus.

« Les voix des personnes les plus touchées par les politiques publiques devraient être le moteur de tout changement politique, mais ce n’est pas le cas », déplore Denise Brooks, directrice générale du CSC du noyau urbain de Hamilton. « Et c’est important; cela pourrait être le changement qui est nécessaire parce que, plus que jamais, la situation des gens empire. Leur état de santé empire ».

Cette année, le CSC du noyau urbain de Hamilton a créé une tribune grâce aux audiences communautaires de la vérité sur la pauvreté et l’équité. Cela a donné la possibilité aux gens de discuter des répercussions de la pauvreté sur leur vie et de ses effets sur leur santé et leur bien-être. Les audiences ont été organisées en trois séances qui réunissaient des membres de la communauté et des professionnels de la santé pour parler de leurs expériences de la pauvreté. Des leaders, des politiciens et des décideurs politiques, y compris du personnel de l’hôtel de ville, étaient présents pour écouter.

« Il est important que nous contribuions à l’évolution de la conversation en mettant à l’avant-plan les voix des personnes affectées, précise Denise Brooks. Les audiences de la vérité ont pour but de faciliter la compréhension des répercussions de l’inégalité et de l’injustice. Nous avons accueilli les audiences de la vérité afin d’offrir une tribune à la population, de sorte que les décideurs puissent entendre de première main ce que signifie vraiment vivre dans la pauvreté. Des politiques fondées sur l’équité garantiront la justice et l’accessibilité qui contribueraient à résoudre des enjeux systémiques et à transformer des vies. Cela comprend des domaines comme le logement abordable, le salaire de subsistance et les aliments nutritifs ».

L’audience a fourni l’espace nécessaire à une franche discussion des effets de la pauvreté et de la réalité brutale de cette expérience. Deb Nanson, membre de la communauté et fondatrice d’une organisation qui travaille auprès des femmes de la rue, des travailleuses du sexe et des toxicomanes, a assisté aux séances afin de faire part de son expérience. 

« J’ai vu des femmes dans la rue dans des situations inimaginables. Elles sont contraintes à la prostitution pour survivre et elles n’ont pas le choix. Je me suis trouvée moi-même dans cette situation », s’est confié Deb Nanson, alors qu’elle se levait pour prendre la parole à l’une des audiences. « Ces femmes ne sont pas des criminelles. C’est la pauvreté qui est le crime. C’est la pauvreté qui pousse les gens dans ces situations; c’est une injustice qui a le pouvoir de définir la façon dont on vit et son niveau de sécurité. »

Les audiences de la vérité n’offraient pas uniquement l’occasion de se faire entendre. Elles représentaient aussi l’occasion de tisser des liens avec d’autres membres de la communauté.

« En nous levant ici et en témoignant, nous ne nous bornons pas à donner une voix aux gens qui sont dans la rue », a conclu Deb Nanson. « Nous rendons notre communauté plus forte. Nous sommes solidaires. »

Offrir aux membres de la communauté une tribune qui leur permet de participer à la prise de décisions au sujet de leurs communautés forme un élément essentiel de la création de collectivités dynamiques. C’est la pierre angulaire du Modèle approuvé par 75 centres de santé communautaire de l’Ontario. Le Centre de santé communautaire du noyau urbain de Hamilton est justement un de ces centres qui s’activent dans la province à créer des espaces où tout le monde éprouve un sentiment d’appartenance.

Le travail amorcé avec les audiences communautaires de la vérité se poursuivra. Un rapport de synthèse des premières audiences sera bientôt disponible et un webinaire lançant à d’autres collectivités le défi de suivre le mouvement est également prévu. Pour en savoir plus sur les audiences communautaires de la vérité au Centre de santé communautaire du noyau urbain de Hamilton, visitez : http://www.hucchc.com/community.html

 
Mercredi, Octobre 7, 2015
health