Language switcher

Social Icons

Text Resize

BrowseAloud

Guys Can Cook! : la recette du succès est de faire participer les jeunes à la conception du programme

Des participants au programme Guys Can Cook roulent de la pâte à pizza avec un étudiant-chef du collège George Brown, au CSC Four Villages, en 2015.

Des participants au programme Guys Can Cook (Les gars savent cuisiner) roulent de la pâte à pizza avec un étudiant-chef du collège George Brown, au CSC Four Villages, en 2015.

Par Jason Rehel, auteur et éditeur du contenu, ACSO

Donnez à un jeune un cours magistral de nutrition, et il pourrait bien l’oublier le jour même. Montrez-lui à cuisiner des repas nutritifs qu’il aime manger et partager avec des amis, et ces leçons pourraient bien durer toute sa vie. Impliquer le jeune dans la manière dont le cours se donne? Vous créez chez lui une motivation et un mieux-être à long terme. C’est le principe qui anime la promotion de la santé dans les sept centres de santé communautaire de Toronto à offrir un programme intitulé Guys Can Cook! (GCC).

GCC s’adresse aux adolescents et aux jeunes adultes issus de quartiers défavorisés. Il émane du programme pilote des centres de santé communautaire Four Villages et Davenport-Perth, et forme aujourd’hui un partenariat à impact élevé entre les centres de santé communautaire, avec la santé publique de Toronto, les services sociaux et d’emploi de Toronto et West End Urban Health Alliance Nutrition Affiliate. Ses objectifs consistent à garder en bonne santé les jeunes de 13 à 24 ans en leur donnant les outils et les connaissances nécessaires pour mieux vivre et mieux manger, contribuant ainsi à prévenir l’obésité et des maladies chroniques plus tard. Mais les diététistes et les intervenants auprès des jeunes des CSC se sont rendu compte que les cours magistraux ne fonctionneraient pas. GCC a alors demandé aux jeunes comment ils voulaient étudier la nutrition, et les résultats ont été concluants.

« Avant, je ne mangeais pas tellement de fruits et de légumes, et maintenant j’en mange plus », dit Jose Emiliano Chamale Leiton, un participant au programme de 13 ans qui a été aiguillé vers GCC par son professionnel des soins primaires au CSC Four Villages. « Ce programme m’a aidé à améliorer mon maniement du couteau, et maintenant je cuisine parfois à la maison. »

LA RECETTE DU SUCCÈS DE GUYS CAN COOK!

GCC s’inspire de l’expertise de chefs communautaires locaux, y compris les instructeurs du collège George Brown, des diététistes et des intervenants auprès des jeunes des CSC, ainsi que du soutien et de l’encouragement des pairs leaders. Offerts dans les cuisines du Centre de santé communautaire, les ateliers accueillent de 10 à 12 jeunes après l’école pendant sept semaines chaque année.

Le chef Hubert Wysokinski enseigne le maniement du couteau dans la cuisine du CSC Davenport-Perth dans le cadre du programme GCC en 2016.

Les séances sont conçues pour inspirer la confiance, maintenir l’intérêt et leur enseigner la nutrition tout en améliorant leurs compétences en cuisine. Les impacts mesurés par les coordonnateurs du programme comprennent l’augmentation des connaissances en nutrition, un sentiment accru d’appartenance et une exposition plus grande à des modèles positifs. De plus, GCC ouvre des débouchés pour les participants : à l’issue des ateliers, les jeunes peuvent s’inscrire à la formation en hygiène alimentaire offerte sans frais par la santé publique de Toronto aux diplômés du programme. Le certificat en hygiène alimentaire aide les diplômés du programme à décrocher un emploi d’été ou à temps partiel. Près des trois quarts de tous les diplômés de GCC ont obtenu leur certificat.

Des participants à Guys Can Cook! assistant à un atelier d’éducation nutritionnelle étudient les étiquettes des produits au CSC Davenport-Perth en 2016.

APPRENDRE ENTRE AMIS À PRÉPARER DES PLATS CUISINÉS À LA MAISON

Les pairs leaders qui ont déjà obtenu leur diplôme de GCC forment un nouvel élément du programme. Comme le dit José, le fait de voir ses pairs a fait une grande différence au début : « À ma première expérience, j’étais intimidé et nerveux, mais quand j’ai vu que mon ami était aussi inscrit au programme, je me suis senti plus à l’aise. »

Les jeunes précisent que le programme est un excellent endroit pour se faire de nouveaux amis et tisser des relations. Si le leadership des pairs et les possibilités de socialisation des jeunes ne sont que quelques aspects de l’orientation vers les jeunes de GCC, nous les considérons comme des succès clés qui abordent l’isolement social et le besoin de lieux et de programmes où les jeunes éprouvent un sentiment d’appartenance.

MOBILISER LES JEUNES DIRECTEMENT AFIN DE TRANSFORMER LE PROGRAMME

« Au début, nous n’avions pas demandé aux jeunes comment ils souhaitaient que le contenu du programme leur soit présenté », dit Julia Fursova, coordonnatrice du projet GCC. « Par exemple, les préférences qu’ils pourraient avoir sur les plats qu’ils allaient apprendre à cuisiner. »

Les organisateurs de GCC ont parlé à leurs jeunes participants de la façon dont le programme devrait évoluer au moyen de discussions ouvertes et de grands tableaux de papier.

« Nous ne voulions pas que le sondage de rétroaction ressemble à un devoir ou à un examen », dit-elle.

Les échanges ont donné des résultats : un livre de cuisine inspiré par les jeunes dans lequel les chefs instructeurs pouvaient puiser, une liste de plats adaptés à la culture des participants, ce qui a stimulé la mobilisation dans le programme GCC.

Les méthodes d’enseignement ont également subi une cure de rajeunissement, en fonction des souhaits de ces jeunes hommes : plus de jeux et de compétition.

« Nous utilisons toutes sortes d’outils, de Jeopardy! à un bingo sur la nutrition pour comparer les étiquettes nutritionnelles, et à demander aux garçons d’apporter leurs menus favoris que nous étudierons ensemble », dit Cindy Lui, diététiste au programme GCC. « Les jeunes semblent absorber l’information tellement mieux de cette façon, et je suis en mesure de relier mes leçons de nutrition aux recettes que nous préparons ce jour-là. »

Pour les jeunes comme Jose, la possibilité d’accéder à un programme comme GCC par l’entremise du professionnel de soins primaires de son père a joué un rôle essentiel. En tant que diététiste du CSC, Cindy Lui l’a dirigé vers le programme après qu’une infirmière praticienne au CSC Four Villages l’ait dirigé vers elle.

Maintenant, Jose a un plat préféré à cuisiner, un plat que beaucoup d’adultes pourraient même trouver intimidant : la lasagne. Au-delà de son bien-être futur, cependant, le jeune de 8e année a acquis une nouvelle perspective sur la nutrition en général : « Quand nous ne cuisinons pas pendant le programme, nous parlons des aliments et de ce qu’ils font pour notre corps et des trucs comme ça », dit-il. « J’ai vraiment beaucoup appris. »

La chef Kelly Ptashnik du collège George Brown enseigne des habiletés culinaires dans le cadre du programme GCC à Access Alliance MHCS en 2015.